Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Attentats hier

    Notre cœur saigne de nouveau. L'assassinat hier d'un prêtre, dans une église, provoque une vive émotion dans le pays.

    Dans la même journée, 19 personnes ont été assassinées dans un centre pour handicapés au Japon, et 13 dans une double attentat en Somalie, pendant que l'Afghanistan enterrait les 80 victimes de l'attentat du weekend contre une marche pour la paix.

    Les victimes de cette folie meurtrière, perpétrée par un petit nombre d'individus prétendument au nom de la religion, sont partout, pas qu'en France, et les premières victimes sont elles-mêmes musulmanes. Ne l'oublions pas.

    Toutes mes pensées vont vers ses victimes et leurs proches, où qu'elles soient, et quelles qu'elles soient.

    Lire la suite

  • La Grande Consultation Citoyenne

    Que demande le Peuple ?

    C'est la question qui mobilise les communistes pendant l'été. Sur les préoccupations quotidiennes, les idées de chacun, le pouvoir sur l'argent, l'Europe et le monde, la démocratie, le vivre mieux, la politique.

    500 000 questionnaires seront remplis dans toute la France. Le résultat de cette enquête sera communiqué à partir du 22 septembre. Ce sera la base à l'écriture d'un projet sur lequel les candidats à la présidentielle et aux législatives devront s'engager.

    Lire la suite

  • Devoir de mémoire

    Raymonde TILLON – NEDELEC

    Une centenaire remarquable s’est éteinte…

    Lire la suite

  • Nice

    Pont du 14 juillet.

    Comme beaucoup, j'ai l'intention d'en profiter un maximum.

    D'ailleurs, je n'ai écouté ni la TV ni la radio depuis hier matin, trop occupée à savourer la journée.

    Je me suis levée, pleine d'énergie. Et par habitude, j'ai allumé la TV.

    Le 13 novembre, j'ai fait pareil, et j'ai d'abord cru que la journaliste faisait un point sur les attentats de janvier, avant de comprendre.

    Ce matin, en entendant "réunion extraordinaire à l'Elysée", je savais qu'il s'était passé quelque chose de grave. Et j'espérais être encore endormie, en train de faire un cauchemar. J'ai même pensé à éteindre la TV et à retourner me coucher pour effacer la réalité.

    Quand j'ai entendu les mots "Camion qui fonce dans la foule après le feu d'artifice à Nice", j'ai senti la nausée monter, j'ai bloqué les images qui se formaient dans ma tête, les images et les bruits. J'ai pensé à ceux et celles qui les ont vécu, qui se les repassent en boucle, en cherchant leurs proches. Qui sont plongé-es dans l'horreur absolue, alors qu'ils étaient partis passer un moment joyeux en famille. Qui rentreront chez eux sans l'être aimé qui partageait la soirée avec eux. Ces lits d'enfants qui resteront vides. Et la nausée s'est installée définitivement.

    Mes pensées vont à tous ceux et celles qui ont perdu leur vie cette nuit, qui ont perdu un proche, un ami, un enfant. A ceux et celles qui ont été blessé-es. Et à toutes leurs familles. Mon cœur saigne pour eux et pour elles. Ce sont des vies précieuses qui ont été perdues cette nuit. Le choc est grand, car cela s'est passé en France, chez nous. Comme en janvier et en décembre.

    Je ressens de la tristesse, j'ai de la compassion, je suis en colère aussi. Et j'ai peur.


    Oui, quand je suis dans un rassemblement, dans une gare ou un aéroport, je pense au risque. Mais ce n'est pas de cela dont j'ai peur.

    J'ai peur que l'émotion, légitime, nous fasse oublier que la France n'est pas la seule victime du terrorisme. D'autres pays européens sont touchés également, et beaucoup d'autres pays de par le monde. Des pays où des terroristes tuent des musulmans par dizaines, des pays où des civils meurent tous les jours, victimes de guerres "de religion".
    Ce matin, sur les réseaux, des commentaires pointaient versles musulmans, sur leur responsabilité. L'auteur de cet attentat est peut-être musulman, ceux de janvier et de novembre aussi. Ces attentats sont commis au nom de l'Islam, et pourtant, la plupart des victimes sont des musulmans. Ces guerres sont aussi menées au nom de l'Islam. Mais la religion n'est qu'un alibi, qui cache des motivations autres : recherches de richesses naturelles, de pouvoir, bref, c'est le capitalisme qui les motivent.

    Alors, oui, rendons hommage à nos victimes, et à toutes les autres, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur religion, quel que soit leur pays.
    Condamnons les auteurs d'attentat pour ce qu'ils sont, mais ne faisons pas d'amalgame et ne nous laissons pas envahir par la haine de l'autre, surtout s'il est musulman. Parce qu'alors, les fanatiques au service du capitalisme auront gagné.