Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • un jugement inacceptable

    Ainsi donc, il serait désormais permis de foncer délibérément sur des personnes, en l’occurrence des manifestants.

    C’est ce que vient de dire le tribunal de Grande Instance d’Aix-en-Provence en relaxant le chauffeur qui avait roulé sur Nadia et Abdelmajid le 26 mai dernier à Vitrolles.

    Ce jugement est inacceptable, il est révoltant.

    Aucune circonstance ne saurait justifier la relaxe. Des centaines de personnes peuvent attester des évènements et de leur gravité.

    Le déroulement du procès, où l’on a à peine entendu les victimes ne laisse pas d’interroger.

    Si les propos rapportés dans la presse et attribués à la juge, sont exacts, ils sont le signe d’un jugement politique, d’un jugement de classe.

    D’évidence, cela témoigne et résulte d’un climat social de tension alimenté par le pouvoir en place, cherchant à faire porter aux syndicalistes la responsabilité de violences dont, en l’occurrence, ils sont les victimes.

    Pierre Dharréville

    Secrétaire de la Fédération du PCF 13

    Marseille le 28 juin 2016

     

    Pour information, l'article de la Provence en date du 24 juin

    lp24juin.png

  • Programme de la fête offensive demain

    programme2016.png

  • Débat « Accueil des réfugiés Grèce –Europe- Bouches-du-Rhône

     

    Le débat « Accueil des réfugiés Grèce –Europe- Bouches-du-Rhône » aura lieu samedi 25 juin de 10h à 11h30 à la Fête de Fabrégoules

    avec

    Mohamed et Haida Aita réfugiés syriens

    Angeliki Visviky, membre du secrétariat de Syriza , responsable pour l’accueil des réfugiés

    Cécile Exbrayat, Enseignante en UPE2A, du collectif "L'Appel du 29 avril" Marseille

    Assaf Dahdah , géographe, du collectif "Souria Marsilia"

    Catherine Piat, collectif de 26 organisations d’Aix-en-Provence « agir pour les réfugiés »

    Christine Mendelsohn PCF –Parti de la gauche européenne

    Lire la suite

  • Hommage aux victimes d'Orlando

    Le PCF s'est associé à l'hommage aux victimes d'Orlando, samedi dernier devant la mairie d'Aix en Provence

    La Marseillaise du 19 juin

    lm19juin.png

    La Provence du 19 juin

    LP19juin.png

  • 24 juin - Fête offsensive

    Ca va débattre!

    Ca va boire et manger !

    Ca va chanter et bouger !

    Ca va se promener en famille !

    Ca va fêter le Front Populaire et les luttes des salariés !

    Bref, c'est la fête offensive, et c'est au parc de Fabrégoules !

     

    Vignette à 10 euros, restauration sur place, lieu ombragé, parking gratuit.

    fabregoules.png

  • Interdiction des manifestations : François Hollande et le gouvernement perdent leur sang froid (Pierre Laurent)

    Hier, un magnifique et puissant défilé des salariés et de la jeunesse a montré l'isolement du gouvernement sur la loi El Khomri. Son acharnement à imposer cette loi sans la rediscuter et sans majorité législative pose un grave problème démocratique.


    En marge de cette manifestation, des bandes de casseurs ont de nouveau pu semer la violence en s'attaquant, notamment, à l'hôpital Necker. Le gouvernement utilise ces faits condamnables et que nous condamnons pour tenter de discréditer les manifestants et les syndicats organisateurs.


    Avec les parlementaires communistes, présents sur le point fixe du PCF situé boulevard de Port-Royal, j'ai pu constater, une nouvelle fois, que ces bandes de casseurs agissaient à l'écart de la manifestation.


    Alors qu'ils sont parfaitement identifiés, pourquoi ne sont-ils pas interpellés et comment peuvent-ils continuer à agir à chaque manifestation ? Alors que les pouvoirs publics savent interdire aux hooligans d'accéder aux enceintes sportives, pourquoi ces bandes de casseurs peuvent, en toute impunité, venir semer le désordre et le chaos ?


    La menace d'une interdiction de manifester, exprimée ce jour par le chef de l’État et le premier ministre, est un signe extrêmement préoccupant de fébrilité dans un moment où, tout au contraire, notre démocratie et notre République doivent affirmer avec force leurs principes et leurs valeurs essentielles.

    Nous appelons donc le pouvoir à ne pas perdre son sang froid, à reprendre la négociation et à agir pour assurer la sécurité des biens et des personnes et celle du droit de manifester. Le gouvernement ne peut se soustraire à ses responsabilités en s'attaquant à une liberté constitutionnelle qui permet de faire entendre dans l'unité et sans violence le rejet de la loi El Khomri.

     

    Pierre Laurent
    Secrétaire national du PCF

    Paris, le 15 juin 2016