Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Contre les violences de l’extrême droite à Aix. Rassemblement pour les libertés et la démocratie

    Nous assistons, depuis quelques mois, à une montée inquiétante de l’extrême droite. Le poids électoral du FN, la libération de la parole raciste engendrent une montée de la haine et de la violence de cette extrême droite décomplexée et visible dans nos rues :

    • Un commando d’extrême droite fait irruption dans le local du PCF aixois. Dégradations, tentative d'incendie, agression de militants.
    • Des fanatiques d’extrême droite rompent le Cercle de Silence aux allées Provençales.
    • Des activistes d’extrême droite font irruption dans une conférence du PS sur la montée de l'extrême droite à l’IEP d’Aix.
    • Des extrémistes de droite, viennent faire le coup de poing lors des voeux du député Jean David Ciot. Dégradation de l’entrée du théâtre - bagarre - menaces de mort à l’adresse du député.
    • Une poignée de militants royalistes et identitaires manifestent le 30 janvier, date anniversaire de l’accession d’Hitler au pouvoir en 1933, au cœur de notre ville.
    • Des propagandistes racistes commémorent à Roquevaire les manifestations sanglantes du 6 février 1934, ayant fait 15 morts, date à laquelle les ligues nationalistes ont tenté de renverser la République.

    Se rassembler contre le racisme, pour la fraternité et la solidarité

    • Nous demandons aux autorités de dissoudre, sans délai, conformément à la loi, ces mouvements violents s’attaquant à la République et aux libertés : Action Française et mouvements identitaires. Il leur appartient d’être fermes et de mettre un terme définitif à ces trop nombreux troubles à l’ordre public.
    • - Nous refusons ces discours antirépublicains, racistes et antidémocratiques. Les valeurs de la République sont inspirées de la philosophie des Lumières. Elles s’opposent, comme l’histoire de notre ville et de notre région, à ces résurgences obscurantistes.
    • Nous affirmons que les étrangers ne sont responsables en rien de cette situation. Les immigrés et les réfugiés n'ont pas à en être les boucs émissaires. Cette extrême droite violente, haineuse prospère sur le terreau de l’injustice sociale. Les forces progressistes doivent tracer ensemble des perspectives de développement, d’égalité et de progrès pour la combattre.
    • Nous refusons cette ambiance nauséabonde, ces pratiques qui rappellent des heures sombres de notre histoire. Ne laissons pas la rue à ces groupes fascisants. Face à eux restons vigilants et mobilisés.

     

    Nous appelons les Aixois à se rassembler

    samedi 19 mars à 16h00 à la Rotonde

     

    Vivent la démocratie et la République !

    Liberté, égalité, fraternité

                                                                                                                                                

     

    Premiers signataires : PCF, FSU UL-CGT Aix, Aix Solidarité, Solidaires 13, PS, MJS, UL-CFDT Aix, ATTAC Aix, Partit Occitan, Les Déconnomistes, Ensemble !, LDH, UNEF, Osez le féminisme 13 !, LICRA, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Résister Aujourd’hui…

  • Naissance des bourses du travail

    La Marseillaise de ce jour se penche sur la naissance des Bourses du Travail

     

    lm7fevbt.png

    Une initiative bienvenue alors que :

    • 90 municipalités veulent fermer leur bourse du travail, Y compris Aix en Provence qui y a renoncé pour l'instant. A lire ici.
    • Les salariés qui veulent défendre leur emploi risquent maintenant la prison. Pour soutenir les Goodyear, c'est ici.
    • Le gouvernement veut se débarrasser du code du travail, et des 35 heures en particulier.

    Ce ne sont que quelques exemples des régressions des droits des salariés...

     

  • Les voeux du Secrétaire de la section

     

    Chers amis chers camarades,

     

    Anne Mesliand est absente car clouée au lit par une bronchite. Je le regrette car j'avais prévu de saluer son engagement d'élue pendant 6 ans à la Région au service des travailleurs en lutte, du monde universitaire et de la Recherche, des lycéens et apprentis, des familles modestes. Un engagement au cours duquel elle a rejoint le Parti communiste et y a pris des responsabilités. Un engagement qui fait écho à celui de générations d'élus communistes honnêtes et désintéressés qui reversent leurs indemnités à notre parti. Ils font notre fierté. Anne a rendu compte de son mandat à travers une lettre régulière à la population et des rencontres publiques unique à Aix. Même en son absence je vous demande de l'applaudir.

     

    Le paysage politique aura rarement été aussi sombre. Lucides, les communistes le regardent en face. Localement, l'année nouvelle a aussi mal commencé que l'année passée avec les agressions répétées du groupuscule d'extrême droite Action française. Après avoir faut irruption ici même et agressé des Jeunes communistes, ces nazillons ont perturbé un cercle du Silence des militants des droits de l'homme, interrompu une conférence organisée par le PS à l'IEP, et maintenant menacé de mort le député Ciot et de frapper son attaché parlementaire dont je salue la présence parmi nous. Nous sommes profondément choqués par cet état de fait. Depuis plus d'un an notre plainte est restée sans suite alors que ces individus diffuse régulièrement leur venin sur la Place des Prêcheurs aux cris entre autres de "contre la juiverie internationale achetez l'Action française". Quel écœurement!

     

    Ces gens sont désormais enkystés dans le paysage aixois, certains ont même été candidats pour le FN lors des départementales. Comment leurs agissements peuvent-ils rester impunis?

     

    Nous avions demandé il y a plus d'un an dans un rassemblement sur la place publique et dans un entretien avec M. le sous-préfet, la dissolution de ce groupe violent. Jean-David Ciot a récemment écrit au ministre de l'intérieur pour la demander à son tour. Nous nous en réjouissions et sommes disponibles pour toute initiative de nature à déboucher rapidement sur des résultats. Comment dans cet état d'urgence, dont nous combattons la constitutionnalisation, est-il possible que des militants du mouvement social soient inquiétés, que des écologistes soient assignés à résidence et que de tels dangers pour la République soient laissés dans la nature?

     

    Nous serons à la manifestation contre l'état d'urgence illimité. Les droits et libertés démocratiques conquises au fil des luttes ne sont pas négociables. Quant à la déchéance de la nationalité... Quelle victoire idéologique pour l'extrême droite !

    Oui pourtant il faut changer la Constitution de fond en combles. Nous voulons une VIe République sociale et démocratique. Nous voulons faire entrer la démocratie à l'entreprise, faire reculer les dominations et l'exploitation.

    Tout le contraire de ce qui est proposé avec la métropole ici. Cette Ve République miniature et caricaturale, éloignée des citoyens et de leurs aspirations, conçue comme le bras politique du patronat.

     

    Non, nous n'avons rien contre Marseille encore moins contre ses habitants. Nous laissons cela à Mme Joissains. Nous, nous souhaitons une institution solidaire et démocratique qui tire tous le monde vers le haut comme l'esquisse Gaby Charroux avec au centre les services publics et l'intervention citoyenne. Le collectif services publics auquel nous participons est d'ailleurs un outil qui pourra être investi par tout ceux qui refusent de les voir reculer d'un pouce avec l'installation de la nouvelle institution dès la fin de l'imbroglio juridique dans laquelle elle est placée.

     

    En 2016 nous n'oublierons pas la solidarité internationaliste qui caractérise notre engagement communiste. Après avoir milité pour le jumelage d'Aix avec un camp de réfugiés palestiniens que la municipalité a refusé nous nous mobiliserons pour les Kurdes, combattants courageux de la liberté, de l'émancipation sociale et de l'égalité entre les femmes et les hommes dans un Moyen-Orient pris en étau par Daesh et un Etat turc en proie aux pires dérives aux pires dérives autoritaires. (Présence de Josiane Durrieu, débat bientôt autour de son livre)

     

    Notre combat pour la défense des salariés redoublera en 2016. A commencer par faire signer la pétition pour les Goodyear. De la prison ferme pour les syndicalistes. Mais quel sentiment de révolte ! Cela fait longtemps que nous le disons, ce gouvernement ne mène pas une politique de gauche, il ne représente pas la gauche. Je dirais même qu'avec Macron, Valls et Hollande, il n'y a plus besoin de droite dans ce pays.

     

    Nous ne les laisserons pas faire et avec notre congrès en juin nous prendrons les initiatives nécessaires en juin, sans sectarisme avec tous ceux, militants socialistes, du Front de gauche, écologiste qui voudront se joindre à nous à égalité. Nous voulons avant tout parler à notre peuple qui n'en peut plus d'être poussé dans la voie sans issue du capitalisme libéral et mondialisé. Au bout de l'impasse c'est l'extrême droite. Nous n'en voulons pas. Nous déploierons toute notre énergie pour ne pas y arriver.

     

    Les élections sont une étape mais le défi est plus haut, c'est une bataille culturelle qu'il nous faut mener pour unir tous ceux qui ont intérêt au changement, tous ceux qui sont aujourd'hui divisés. Fonctionnaires contre salariés du privé, Français contre étrangers, Français entre eux selon leurs origines, leur religion, leur couleur de peau, leur orientation sexuelle...

     

    Oui nous voulons reconstruire une nouvelle conscience de classe contre tous ceux qui veulent foutre la France en l'air ou plutôt la "France in the air".

     

    "France in the air". Quel beau slogan. Vous êtes priés de saisir. Pas besoin de parler anglais. Rien à voir avec la langue de Shakespeare. Non, comprenons-nous : c’est la langue des modernes, le sabir mondial de ceux qui surplombent. France in the air, quelle meilleure façon de faire entrer une ex-compagnie nationale d’aviation dans le XXIe siècle ? Cette époque formidable qui semble bloquée sur marche arrière.

     

    Quand les salariés d’Air France, refusant le plan Perform 2020, tirent un peu trop fort sur le col blanc de deux de leurs dirigeants, ce sont des « voyous ». Vous avez compris ? Sur tous les tons mais toujours dans la même langue, Manuel Valls, la droite, le PS, le FN, l’ont martelé. Les médias dominants, eux, se sont émus. « Images hallucinantes », « scène incroyable », « violences extrêmes ». 2900 emplois mis en l’air. Merci de garder son sang-froid.
    Sur tous les écrans, des pantins sans figure, interchangeables, se relaient pour servir le même discours. À l’indignation outrée, ils ajoutent le cynisme et assurent que sans ces chemises mises en pièces, projecteurs et caméras se seraient naturellement tournés vers le drame social qui se joue chez Air France.

     

    Les 2700 salariés d’Areva menacés de licenciement, bien braves, cherchent toujours la lumière.

     

    Il parait que Goodyear ça veut dire "bonne année"
    Et pendant ce temps là, Marine Le Pen, elle, monopolise les écrans.
    Et pendant ce temps là, le code du travail ? En l’air ! Les retraites complémentaires ? En l’air ! Le repos dominical ? En l’air ! Les promesses électorales ? En l’air ! Bref, la France du progrès, notre France, en train d’être fichue en l’air.

     

    Serrez les dents. C’est ainsi, sinon ce sera pire. C'est ce qui nous a été dit lors des régionales.

     

    Dans le Wall street journal, Emmanuel Macron, ministre des économies et de la finance, lui, n’a pas la main qui tremble. Il sait ce qu’il faut faire et le fait savoir à ses semblables avec tribune Building a new french capitalism, toujours dans cette langue globale de l’évidence libérale.

     

    Et puis dans les salons, entre soi, on ne s’encombre pas de nuances. Les pays du Sud de l’Europe, aux dettes publiques obèses ? Des PIGS (Portugal, Italy, Greece, Spain). La commission pour la libération de la croissance française réunie par Nicolas Sarkozy et qui inspire le gouvernement Valls ? Dites Jacques Attali liberalization’s commission, c’est plus court.

     

    Avec le mélange de franchise et de brutalité qui le caractérise, Emmanuel Macron s’amuse de son passé de banquier : « On est comme une sorte de prostituée. Le job, c'est de séduire ». Ne jouez pas les Nadine de Rothschild . Les bonnes manières d’aujourd’hui ne sont plus celles d’hier. Attractivité-compétitivité-flexibilité. Voila le langage des puissants.

     

    « Speak white » écrivait Michèle Lalonde, poétesse québécoise dans un texte révolutionnaire à la résonnance prémonitoire.

    « Speak white and loud/qu'on vous entende/de Saint-Henri à Saint-Domingue/oui quelle admirable langue/pour embaucher/donner des ordres/fixer l'heure de la mort à l'ouvrage/et de la pause qui rafraîchit/et ravigote le dollar […] speak white/parlez-nous production profits et pourcentages/speak white/c'est une langue riche/pour acheter/mais pour se vendre/mais pour se vendre à perte d'âme/mais pour se vendre/ah !/speak white/big deal/mais pour vous dire/l'éternité d'un jour de grève/pour raconter/une vie de peuple-concierge/mais pour rentrer chez nous le soir/à l'heure où le soleil s'en vient crever au-dessus des ruelles/mais pour vous dire oui que le soleil se couche oui/chaque jour de nos vies à l'Est de vos empires/rien ne vaut une langue à jurons/notre parlure pas très propre/tachée de cambouis et d'huile »

     

    C’est dans cette langue-là, la nôtre, celle des humbles, des laborieux, celle des manifs, du travail et du chômage, celle des quartiers et des ailleurs, qu’il nous faut reprendre la parole.

     

    C’est dans cette langue-là, qu’il nous faut raturer les scenarii écrits par d’autres pour 2017 et pour la suite. Les raturer à l’encre rouge comme la colère et comme l’espoir.

    C’est dans cette langue-là, la nôtre, que nous voulons écrire un projet d’émancipation humaine pour le XXIe siècle. Avec toutes celles et tous ceux qui parlent le même langage, et qui malgré toutes leurs différences sont du même monde.

     

    Nous sommes très nombreux à ne pas vouloir mettre la France in the air, mais en commun.

     

    La France en commun, texte-invitation à écrire un projet communiste du XXIe siècle, peut-être la première page d’un nouveau livre écrit à des millions de mains à commencer par les vôtres, vous qui êtes présents ce soir. Car une idée devient une force -à condition- qu’elle s’empare des masses.

     

    Léo Purguette, Aix en Provence le 29 janvier 2016

     

     

  • Les Communistes présentaient leurs voeux vendredi soir

    Hommage à Anne Mesliand, appel à une alternative marqué par la solidarité, lutte contre l'extrême-droite et convivialité pour ces voeux 2016.

     

    La Provence du 2 février

    LP2fev.png

  • Boues rouges, bouillabaisse et bauxite

    Quelle agitation subite sur le sujet ! La Méditerranée serait en danger à cause des déversements de l'usine de traitement des bauxite située à Gardanne dans la fosse de Cassidaigne au cœur du parc national des calanques. Une pétition internationale dénonce ce scandale et exige la fermeture de l'usine. Car il faut appeler un chat un chat : demander l'arrêt des rejets signifie la fermeture de la production et la mise au chômage de 2000 ou 3000 personnes.

    Qu'en est-il exactement pour savoir raison garder ?

    • Il n'y a plus de déversements de produits solides contrairement à ce qui est encore et trop souvent affirmé. Les boues rouges sont stockées ou traitées et récupérées sous forme de produits utiles au BTP par exemple.
    • Les seuls rejets sont constitués par de l'eau qui contient encore quelques particules en suspension dont certaines peuvent être toxiques. Des études sont diligentées pour les éliminer d'ici 5 ou 6 ans. Les moyens techniques existent pour le faire.
    • Le conseil scientifique indépendant qui surveille l'évolution de la production de l'usine de Gardanne et le milieu marin n'a constaté aucun phénomène de toxicité ni sur la faune et la flore, ni sur la santé des populations.
    • Le conseil d'administration du parc national des calanques a constaté cette situation et a approuvé la poursuite de la production de l'usine de Gardanne.
    • Les études montrent finalement que les nuisances engendrées par une vingtaine d'années de rejet de produits solides en mer sont constituées essentiellement par des sédiments qui se sont déposés à diverses profondeurs sous le plateau continental. La cartographie de ces sédiments est parfaitement connue. Ils ont évidemment entraîné une modification du milieu vivant à des profondeurs allant de 300 m à 2000 m.

    En d'autres termes, avec un peu d'humour mais aussi beaucoup de raisons, on peut dire que les boues rouges, c'est fini… Et que la bouillabaisse est compatible avec la bauxite ! Ou plus sérieusement, que l'industrie peut fonctionner dans le respect des milieux naturels avec une production cyclisée qui récupère et valorise ses déchets utilisables tout en éliminant les autres. À condition évidemment d'y mettre les moyens techniques, financiers et politiques.

     

    Alors, à celles et ceux qui s'émeuvent rappelons une chose simple : un pays sans agriculture et sans industrie n'existe pas. Est-ce l'objectif recherché par toute cette agitation ? Derrière elle y a-t-il manœuvre gouvernementale pour justifier de nouveaux reculs industriels ? Ségolène Royal ne parle-t-elle pas de nécessaires « reconversions ». On sait ce que cela veut dire : destruction massive d'emplois qualifiés et remplacement soit par du chômage soit par des emplois de services beaucoup moins qualifiés. À la clé : des régions sinistrées livrées au vote Front National. Vérification concrète par les départements du Var et des Bouches-du-Rhône, par les régions Lorraine et Nord.