Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 8 mai - Fête de la Liberté

    Pascal-Fieschi.jpg

    C'est grâce à leur combat que la Sécurité Sociale naissait il y a 70 ans...

  • Pierre Laurent en tournée

    Pourquoi Pierre Laurent part en tournée dans toute la France
    :

  • Rassemblement jeudi 23 avril 18h30 place de la Mairie - Aix - Stop aux morts en Méditerranée, soyons solidaires !

    Après les centaines de morts ces jours derniers en Méditerranée, les chefs d’Etat se retrouvent jeudi 23 avril à Bruxelles pour réfléchir à un plan d’action.
     
    Soyons nombreux pour manifester notre indignation et exiger de l’Union Européenne de nouveaux choix politiques en matière d’accueil des migrants.
     
    La montée des populismes ou les coûts des sauvetages en mer ne peuvent continuer à justifier la politique européenne.
    Les personnes qui quittent leur pays y sont contraintes par des raisons vitales.
     
    Soyons solidaires !
     
    Rassemblement jeudi 23 avril 18h30 place de la Mairie - Aix
     

    Aix Solidarité – ASTI – ATMF – ATTAC – CGT - Déconnomistes - Ensemble ! – FSU - Ligue des Droits de l’Homme – PCF – PG – POC ...
     

  • Loi Macron - Dynamitage Social

    Introduction à une conférence de presse par le Groupe Communiste Républicain et Citoyen

     

    Le débat sur le projet de loi Croissance, Activité et égalité des chances économiques a commencé le mardi 7 avril.

    Ce texte est un véritable monstre juridique. Certaines dispositions peuvent apparaître anodines, mais de nombreuses dispositions au caractère franchement libérales sont dissimulées au milieu de cette jungle juridique. Le caractère fourre-tout de ce projet ne relève pas de la maladresse, il est voulu.

    Certes, de grands axes comme la généralisation du travail du dimanche ou la mise en concurrence du transport par car avec le ferroviaire ont été médiatisés, mais d’autres comme la remise en cause du logement social, le gonflement des niches fiscales en faveur de l’actionnariat, les privatisations à tout va, l’affaiblissement des conseils de prud’hommes ou la dérégulation du droit de licenciement sont plus discrètes.
    Monsieur Macron confond souvent le mot « investir » avec « enrichir ».

    Nous l’avons dit et répété. Ce texte a une cohérence, une cohérence au service du marché, une cohérence d’adaptation au bon vouloir de la finance.

    Nous avons d’emblée opposé à cette cohérence libérale, une cohérence sociale.

    Ce que nous proposons s’appuie sur une volonté forte de diriger des immenses richesses produites par notre pays, fruit du travail de notre peuple vers l’emploi, vers la production dans le cadre d’un développement durable.

    Nous avons interrogé plusieurs fois le ministre sur l’absence de la moindre référence aux banques dans ce texte.

    Qui peut envisager une nouvelle politique de croissance sans un nouveau rôle des banques qui depuis des années jouent la carte des marchés financiers contre l’investissement productif.

    Monsieur Macron connait bien la banque, spécialiste des fusions actions à la banque Rotschild, il sait parfaitement qu’aujourd’hui c’est le choix des actionnaires qui prévaut et certainement pas celui de l’intérêt général.

    Vous pouvez regarder dans ce texte de 254 articles, aucun n’est consacré à l’intervention des banques dans l’économie.

    Par contre, tout est bon pour Monsieur Macron pour renforcer l’exploitation déjà indécente des salariés, la précarisation de leur statut.

    Le droit à une vie familiale décente est aujourd’hui remis en cause. Pas seulement par l’extension du travail du dimanche, mais aussi par le travail de nuit et nouveau « le travail en soirée ».

    Même l’emploi des travailleurs handicapés est remis en cause puisque l’accueil des stagiaires de 3e pourra se substituer à l’obligation de mettre à disposition des personnes en situation de handicap à de vrais emplois.

    Cette disposition indécente révèle le souci de servir le MEDEF dans le moindre détail.
    Le débat au sénat s’installe dans la durée.

    Pour lire la suite du texte et voir l'ensemble du dossier sur la Loi Macron

  • Manifestation anti-TAFTA - en savoir plus

    Samedi après-midi les opposants au TAFTA ont déambulé entre les Allées Provençales et la mairie d'Aix.

    TAFTA ? C'est quoi ?

    Le TransAtlantic Free Trade Area est un traité d'accord de libre échange entre l'Union Européenne et les USA, qui vise à supprimer les droits de douane et les réglementations qui entravent le commerce. Les objectifs:

    • Supprimer les droits de douane
    • Nouvelles possibilités d'accès aux marchés des services (recours au privé contre services publics)
    • Favoriser l'accès réciproque aux marchés publics en supprimant les clauses de protectionnisme et de préférence nationale)

    C'est en fait un projet ultra-libéral, qui vise à mettre en place des tribunaux d'arbitrage indépendants, capables de sanctionner des états. En clair, une multi-nationale pourrait attaquer un pays dont la législation l'empêcherait de commercer comme elle veut, par exemple une loi anti-tabac qui freinerait la vente de cigarettes.

    Le TAFTA concernera environ la moitié du PIB mondial, c'est énorme. Les USA le veulent pour faire barrage à la Chine, l'Inde et la Russie. L'Europe en attend un demi-point de PIB annuel en plus (certaines analyses l'estiment plutôt à 0,01%...).

    Ce projet a été largement validé par le Parlement Européen, sauf par les eurodéputés français dont la majorité s'est opposée au projet.

    Et pourtant, encore peu de personnes connaissent l'existence de ces négociations. Normal : sous couvert de protéger des enjeux hautement stratégiques, l'Europe et les USA ont entouré ces négociations de la plus grande discrétion. Ce site du PCF vous en dit plus. A lire aussi Grand marché transatlantique: Dracula contre les peuples.  L’emblème de la lutte anti-TAFTA est Dracula. Pourquoi ? Pour tuer l'ennemi en l'exposant en plein jour!

     

  • Santé au travail

    La marseillaise du 20 avril

    lm20avril.png

  • Manifestation anti-TAFTA

    La section PCF du Pays d'Aix a participé samedi à la déambulation anti-TAFTA entre les Allées Provençales et la mairie.

    La Marseillaise du 19 avril

    lm19avrilTAFTA.png

    La prise de parole du PCF, devant l'Apple Store

    Mesdames, Messieurs, chers amis,

    Nous voici devant l'un des temples de la "modernité".
    Le progrès social y est devenu une grossièreté incongrue depuis maintenant 30 ans !
    Aujourd'hui on nous joue du TAFTA Gadda... Sur l'air de l'inévitable « compétitivité » et de l' "impossibilité de faire autrement"… Conséquence : les humains devraient devenir des objets dociles et compréhensifs acceptant la « nature des choses » justifiée par la « science économique » !

    Mais ouvrons donc les yeux: Objectivement, nous vivons de plus en plus sous une dictature: celle des marchés financiers.

    Dans cette "nature des choses-là", les inégalités n'ont jamais été aussi criantes, aussi scandaleuses. Elles vont continuer de se creuser. Le projet d'accord de libre-échange transatlantique n'est que la continuation de ce que le monde capitaliste nous tricote depuis les années 80 ! Il dévore les humains. Il est devenu un système cannibale!

    Loi "Macron" et TAFTA sont 2 nouvelles portes ouvertes vers toujours moins de droits, toujours plus de régressions sociales et toujours plus de mal vie.

    Alors, Mesdames et Messieurs, chers amis, souvenons-nous de notre histoire et de nos héritages. Quand les barbaries fascistes et nazies furent vaincues, les populations du monde ont su créer les conditions d'une vie meilleure grâce aux progrès démocratiques et sociaux qui ont marqué les quelques années de l'après 1945.

    La démocratie nous venons d'en parler. Avec elle, il nous faut pouvoir choisir! Descartes pourrait dire aujourd'hui avec Lucien sève : « je choisis donc je suis ».

    Mais pour choisir, il faut bien des sécurités et des droits car ils font partie intégrante de la démocratie. Réciproquement, s'en prendre aux droits porte atteinte à notre intégrité, à notre humanité. Alors souvenons-nous de quelques principes qui ont refondé l'OIT en 1944 et dont les logiques Macron – TAFTA ne veulent plus entendre parler alors qu'ils ont été à l'origine de la Déclaration Universelle des Droits de L'Homme et de la charte de l'ONU:

    • La liberté d'expression et d'association est la condition indispensable d'un progrès continu.
    • La pauvreté ou qu'elle existe constitue un danger pour la prospérité de tous…
    • Tous les êtres humains, quels que soient leur origine, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique, avec des chances égales.


    Ainsi, la justice sociale a été fondée comme principe universel du droit international lors de la conférence de Philadelphie le 10 mai 1944. Il s'agissait d'affirmer la dignité humaine contre les barbaries et simultanément, d'affirmer le développement humain contre le capitalisme financier dont on avait vu les ravages avec la crise de 1929.

    Une nouvelle ère de progrès s'ouvrait pour l'humanité, que l'on a appelé « les 30 glorieuses ».

    Alors posons-nous une simple question : pourquoi ce qui était possible dans un monde ravagé par la guerre, qui produisait 10 fois moins de richesses, ne le serait plus aujourd'hui ?

    La seule perspective qui nous serait offerte, érigée en dogme religieux, serait la suivante: Le capital libre, les personnes contraintes!

    Alors oui :

    • Il faut mettre en échec le traité transatlantique de libre-échange,
    • Il faut mettre en échec la loi Macron.
    • Il faut soutenir la Grèce contre l'arrogance d'institutions sans légitimité.
    • Il faut replacer le travail et le progrès social au cœur du développement de nos sociétés dans un effort non pas de « libéralisation » mais de libertés et d'émancipations humaines.


    C'est nécessaire et parce-que c'est nécessaire cela deviendra possible!

    Merci de votre attention.

  • S'émanciper d'une austérité destructrice

    Jeudi 9 avril a lieu une journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations, unissant le public et le privé, à l’initiative de la CGT, de FO, Solidaires et de la FSU. Salaires,emplois, conditions de travail et mobilisation contre la loi Macron sont au cœur de cette journée. Alors que le pouvoir Hollande-Valls ne cesse d’invoquer que la «reprise est là», le vécu du monde du travail, des chômeurs et des précaires est différent. Une contradiction qui mérite un décryptage.
     

  • Le 9 avril, contre l'austérité

    La Marseillaise du 3 avril explique pourquoi les force progressistes se mobilisent le 9 avril

    Au niveau départemental

    lm3avril.png

    Au niveau local

    lm3avrilb.png

  • Le FN propose aux femmes la liberté... De ne pas être libres

     

    Ce mardi 24 mars, l'eurodéputé FN Dominique Martin proposait d'encourager les femmes à « revenir au foyer » avec un salaire parental d'éducation pour lutter contre le chômage, améliorer l'éducation des enfants et rendre les rues plus sûres. Il n'est pas question, selon le parlementaire, de supprimer la discrimination de genre à l'embauche et dans l'évolution des carrières : au contraire, il faut laisser aux femmes la liberté de ne pas travailler. Drôle de conception de la liberté ! C’est en réalité la liberté de ne pas choisir son parcours, la liberté de se faire exploiter, la liberté… de ne pas être libre.
     
         
    Alors qu'il est plus nécessaire que jamais de lever les obstacles qui empêchent les femmes de travailler dans de bonnes conditions, entre les temps partiels imposés, les inégalités salariales ou les stéréotypes de genre qui leur interdisent nombre de métiers, le Front National prétend encore que la solution aux problèmes de notre société réside dans l'assignation des femmes à être et demeurer au foye

    Face à ces déclarations d’un autre temps, il est urgent de mettre en place des mesures luttant véritablement contre le chômage et certainement pas du type de celles préconisées par Messieurs Valls et Macron dont les cadeaux répétés au MEDEF sont injustes, inefficaces et nourrissent la désespérance.

     D’autant que les forces réactionnaires, se mobilisent sur tous les plans pour étouffer les aspirations exprimées partout, en faveur de l'égalité et de la liberté de déterminer son parcours de vie. Ainsi Marc Boutruche, le maire divers droite de Quéven, dans le Morbihan, propose de baptiser une rue de sa ville du nom de Jérôme Lejeune, le généticien membre de l'Opus Dei et fervent militant anti-avortement.

    Des personnalités, qui ont fait avancer la cause des femmes, ne manquent pas. Pourquoi, Monsieur Boutruche, ne pas donner le nom de cette rue à Madame Simone Weil, à l’occasion du 40ème anniversaire de la loi autorisant l'IVG, comme vous le suggèrent, à juste titre, d’autres élus ?

     

    L’égalité entre les femmes et les hommes est un combat de tous les instants du local au mondial, il passe par la mobilisation de toutes/ tous les progressistes et les féministes, les communistes y sont partie prenante !

     

    Laurence Cohen
    Responsable nationale « Droits des femmes/ Féminisme » du PCF
    Article initial ici