Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manifestation anti-TAFTA

La section PCF du Pays d'Aix a participé samedi à la déambulation anti-TAFTA entre les Allées Provençales et la mairie.

La Marseillaise du 19 avril

lm19avrilTAFTA.png

La prise de parole du PCF, devant l'Apple Store

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Nous voici devant l'un des temples de la "modernité".
Le progrès social y est devenu une grossièreté incongrue depuis maintenant 30 ans !
Aujourd'hui on nous joue du TAFTA Gadda... Sur l'air de l'inévitable « compétitivité » et de l' "impossibilité de faire autrement"… Conséquence : les humains devraient devenir des objets dociles et compréhensifs acceptant la « nature des choses » justifiée par la « science économique » !

Mais ouvrons donc les yeux: Objectivement, nous vivons de plus en plus sous une dictature: celle des marchés financiers.

Dans cette "nature des choses-là", les inégalités n'ont jamais été aussi criantes, aussi scandaleuses. Elles vont continuer de se creuser. Le projet d'accord de libre-échange transatlantique n'est que la continuation de ce que le monde capitaliste nous tricote depuis les années 80 ! Il dévore les humains. Il est devenu un système cannibale!

Loi "Macron" et TAFTA sont 2 nouvelles portes ouvertes vers toujours moins de droits, toujours plus de régressions sociales et toujours plus de mal vie.

Alors, Mesdames et Messieurs, chers amis, souvenons-nous de notre histoire et de nos héritages. Quand les barbaries fascistes et nazies furent vaincues, les populations du monde ont su créer les conditions d'une vie meilleure grâce aux progrès démocratiques et sociaux qui ont marqué les quelques années de l'après 1945.

La démocratie nous venons d'en parler. Avec elle, il nous faut pouvoir choisir! Descartes pourrait dire aujourd'hui avec Lucien sève : « je choisis donc je suis ».

Mais pour choisir, il faut bien des sécurités et des droits car ils font partie intégrante de la démocratie. Réciproquement, s'en prendre aux droits porte atteinte à notre intégrité, à notre humanité. Alors souvenons-nous de quelques principes qui ont refondé l'OIT en 1944 et dont les logiques Macron – TAFTA ne veulent plus entendre parler alors qu'ils ont été à l'origine de la Déclaration Universelle des Droits de L'Homme et de la charte de l'ONU:

  • La liberté d'expression et d'association est la condition indispensable d'un progrès continu.
  • La pauvreté ou qu'elle existe constitue un danger pour la prospérité de tous…
  • Tous les êtres humains, quels que soient leur origine, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique, avec des chances égales.


Ainsi, la justice sociale a été fondée comme principe universel du droit international lors de la conférence de Philadelphie le 10 mai 1944. Il s'agissait d'affirmer la dignité humaine contre les barbaries et simultanément, d'affirmer le développement humain contre le capitalisme financier dont on avait vu les ravages avec la crise de 1929.

Une nouvelle ère de progrès s'ouvrait pour l'humanité, que l'on a appelé « les 30 glorieuses ».

Alors posons-nous une simple question : pourquoi ce qui était possible dans un monde ravagé par la guerre, qui produisait 10 fois moins de richesses, ne le serait plus aujourd'hui ?

La seule perspective qui nous serait offerte, érigée en dogme religieux, serait la suivante: Le capital libre, les personnes contraintes!

Alors oui :

  • Il faut mettre en échec le traité transatlantique de libre-échange,
  • Il faut mettre en échec la loi Macron.
  • Il faut soutenir la Grèce contre l'arrogance d'institutions sans légitimité.
  • Il faut replacer le travail et le progrès social au cœur du développement de nos sociétés dans un effort non pas de « libéralisation » mais de libertés et d'émancipations humaines.


C'est nécessaire et parce-que c'est nécessaire cela deviendra possible!

Merci de votre attention.

Les commentaires sont fermés.