Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Contre une ré-écriture de l'histoire

     

    ... Ce projet de rapport, comme d'autres, correspond à une tentative de réécriture de l'histoire par certains députés. Cette forme de révisionnisme sévit déjà dans certains États membres où on assiste à une réhabilitation des régimes qui ont collaborés avec le nazisme et à une tentative de criminalisation des partis communistes d’aujourd’hui ...

     

    Le communiqué de Marie-Christine Vergiat

  • Les retraités interpellent le premier ministre

     

    La politique menée par votre gouvernement ne répond pas aux attentes sociales légitimes des travailleurs, actifs, retraités, demandeurs d'emploi.

    Les retraités interpellent le Premier Ministre

  • Garde à vue de Maryse Joissains : Réaction d'Anne Mesliand - Aix à gauche

    Maryse Joissains a été placée en garde à vue ce jeudi 26 décembre dans le cadre d'une enquête sur des emplois présumés fictifs.

    Sans préjuger des évolutions du dossier, cet état de fait alourdit le climat de la campagne municipale dans la ville d' Aix-en-Provence, où la droite, sous tous ses visages, a plus d'une fois confondu intérêts particuliers et intérêt général.

    Avec mes colistiers d'Aix à gauche, militants politiques, syndicaux et associatifs nous refusons le "tous pourris". Nous agissons dans le rassemblement et la clarté. C'est un véritable changement de cap politique que nous proposons pour battre la droite dans notre ville.

    Par ma part, je n'ai jamais considéré la politique comme une source de revenus. Conseillère régionale, je reverse à mon organisation politique mes indemnités d'élue et continue d'exercer mon métier.

    J'appelle dans ce contexte les citoyens d'Aix à ne pas se laisser tenter par les forces rétrogrades, à ne pas se détourner de la politique mais à l'investir. L'intervention citoyenne est la garante de l'intérêt général.

    Sur le fronton de notre hôtel de ville, la probité complète la traditionnelle devise républicaine. Ensemble, nous pouvons faire en sorte qu'en mars prochain, elle ne soit pas un vain mot. Nous sommes porteurs de cet espoir.

    Anne Mesliand,
    Tête de liste d'Aix à gauche
    Conseillère régionale PCF membre du groupe Front de gauche

  • Pour un impôt juste

     

    Beaucoup ont eu la surprise de voir leurs impôts augmenter sans augmentation de leurs revenus.

    Un million de personnes démunies sont devenues imposables. Pendant ce temps, le gouvernement baisse de 20 milliards la contribution fiscale du patronat.

    Et rien de nouveau n'est fait pour lutter contre l'évasion fiscale.

    Pour un impôt juste, partageons les richesses. Signez la pétition

     

  • Aix à Gauche - le tract

    Anne Mesliand emmène la liste Aix à Gauche sur

    Le rassemblement

    La clarté

    L'action

    L'engagement

    Démarche Aix à gauche web recto.jpg

    Démarche Aix à gauche web verso.jpg

    aixagauche.jpg

  • Aix à Gauche - Conférence de Presse du 20 décembre

    La Conseillère Régionale Anne Mesliand a présenté les 12 premiers de la liste Aix à Gauche vendredi dernier.

    Dans La Marseillaise du 21 decembre

    DeclarationListeLM21Dec.jpg

    Dans la Provence du 21 décembre

    DeclarationListeLP21Dec.png

  • Les enjeux de la bataille pour la justice fiscale

    Le PCF défend un impôt indexé sur les capacités contributives de chacun, en maintenant un haut niveau de services publics.

    Les institutions européennes, au contraire, interdisent les impôts progressifs et les prélèvements sur le capital, leur préférant des impôts de consommation (TVA, ecotaxe, impôts fonciers,...) qui pèsent sur les ménages, en particulier les plus fragiles. En parallèles, les institutions européennes poussent les gouvernements à réduire leurs dépenses publiques.

    A nous de nous exprimer pour la justice fiscale, et contre les mesures iniques:

    • Les hausses de TVA au 1er janvier,  hausses qui consistent à faire payer aux consommateurs le crédit impôt compétitivité accordé au MEDEF sans contrepartie pour l'emploi, l'investissement et les salaires.
    • La suppression de 60 millions d'euros de crédits publics et sociaux jusqu'en 2017, avec de graves répercussions sur la couverture sociale, l'activité et l'emploi.
    • L’exonération du capital. A récupérer : près de 179 milliards, plus que le seul impôt sur le revenu.
      • 7 milliards d'euros auprès des entreprises qui vendent leur participation dans d'autres sociétés,
      • 30 milliards d'allègement de cotisations sociales patronales, qui favorisent les baisses de salaire et ne créent pas d'emplois,
      • 42 milliards sur les exonérations des filiales des grandes sociétés,
      • 60 à 80 milliards d'évasion fiscale,
      • 26 milliards de crédit impôt compétitivité et crédit impôt recherche.

     

    fiscalité