Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Anne Mesliand (PC): On tend la main ... aux citoyens

    Dans La Provence du 30 septembre 2013, une belle place est réservée à la chef de file du PCF:

    Itw Anne Mesliand LP 30-09-13.jpg

  • Gaby Charroux dans la Marseillaise

    Nous sommes crédibles mais pas audibles 

    Au lendemain des journées parlementaires du front de gauche, le député de Martigues Gaby Charroux reconnaît que la démobilisation et le désenchantement sont à l’oeuvre même si le discours passe bien sur le terrain.

    ...Heureusement que nous sommes là car nous sommes la seule voix discordante....

    ...Sur les retraites par exemple, s’il n’y a pas de mobilisation très forte dans la rue, il y a des risques que l’on n’obtienne rien ou si peu dans les modifications que l’on propose du projet de réforme. Cette mobilisation est le seul moyen de mettre fin au double discours que l’on subit actuellement : dire que l’on défend les services publics et réduire les moyens, affirmer que l’on va lutter contre l’évasion fiscale et réduire dans le même temps les services des douanes......

    Un article à lire dans la Marseillaise

  • Quel financement de la politique familiale?

    La branche famille de la Sécurité Sociale devrait afficher un déficit de 3 milliards d'euros pour cette année.

    Pour contenir ce déficit, le gouvernement annonce une réforme qui doit rapporter plus d'un milliard dès l'année prochaine. Sa principale mesure se traduit par 12% d'augmentation des impôts des familles avec enfants... Et aussi la division par deux de l'allocation d'accueil du jeune enfant pour les familles les plus aisées.

    En parallèle, le gouvernement promet au MEDEF de compenser l'augmentation des cotisations vieillesse des entreprises (1 milliards d'euros cette année) par une baisse des cotisations familiales des entreprises. Lesquelles représentent actuellement 65 % du financement des allocations aux familles (54,8 milliards d'euros prévus en 2013).

    La seule possibilité de financement restante est l'appel à la CSG ou à la TVA. La CSG pèse à plus de 80% sur les salariés, et la TVA pèsent sur nous tous.

    En résumé, le MEDEF est le grand gagnant, nous sommes les perdants avec plus de charge sur les salariés et les citoyens et moins de prestations familiales.

  • Pierre Laurent appelle à la mobilisation des contribuables

     

    Le sénateur de Paris et secrétaire national du PCF Pierre Laurent a préconisé une "mobilisation" des contribuables, en appui au débat à venir au Parlement dès octobre sur le projet de budget 2014. Un texte présenté ce mercredi sur lequel les parlementaires Front de gauche entendent peser à l'Assemblée nationale comme au Sénat.

    A lire dans L'Humanité

  • Les femmes en Politique

    Abassia Bachi, présidente de l’association
    Femmes Méditerranéennes du Pays d’Aix
    et son conseil d’administration
    vous prient d’honorer de votre présence
    la conférence-débat
    LES FEMMES EN POLITIQUE
    PARITÉ-ÉGALITÉ-DIVERSITÉ
    le jeudi 3 octobre 2013 à 18 heures
    à la Maison de la Vie Associative, le Ligourès
    salle 408, 4e étage, Aix-en-Provence
    Tél. 04 42 17 97 00

     

    Invitation complète ici

  • Le FN sur les médias

    A revoir sous Médias replay l'émission de dimanche 22 septembre pour comprendre comment le FN utilise les médias.

  • Les Mercredis Militants: Le Sénat rate le coche du renouveau démocratique

    Cumul des mandats

    Par le groupe CRC / 19 septembre 2013

    L’exigence de démocratisation de la vie politique est forte dans notre pays, où, à juste titre, les citoyens électeurs ont bien souvent l’impression que leurs aspirations, leurs attentes, ne sont ni entendues ni prises en compte.

    Le groupe CRC du Sénat est attaché depuis longtemps à la démocratie vivante, celle qui permet l’association de tous à la vie politique et aux décisions dans la cité. Il avait accueilli positivement, malgré ses évidentes limites, le projet de loi tendant à limiter le cumul des mandats électifs.

    Dans la France du XXIe siècle, il est inadmissible que l’exercice des responsabilités publiques devienne le « domaine privé », la « chasse gardée » de quelques professionnels de la politique.

    Notre groupe s’est attaché, tout au long du débat mené au Sénat, à améliorer autant que faire se peut un texte qui ne produisait que de timides avancées dans la bonne direction.

    Ainsi, a-t-il défendu la création d’un véritable statut de l’élu(e), l’application généralisée du mode de scrutin proportionnel, seul moyen d’assurer une juste représentation des hommes et des femmes de toutes convictions, conditions et origines au sein des Assemblées, du local au national. Il a par ailleurs démontré que deux mandats successifs pouvaient contribuer au renouvellement, au rajeunissement et à la féminisation de ces assemblées.

    A notre grand regret, une majorité hétéroclite et conservatrice s’est opposée, avec la dernière énergie, à toute avancée significative et même au contenu initial du texte !

    Devant cette dénaturation du projet de loi, le groupe CRC n’a pu que voter contre un texte vidé de son contenu et dont il est certain qu’il sera incompris par l’opinion publique.

    Il est regrettable que le Sénat ait ainsi manqué le coche de la modernité et du renouveau démocratique !

  • Les Mardis de la Retraite : Le gouvernement tenté par un scénario à « l’ANI » ?

    Réforme des retraites

    Par le groupe CRC / 19 septembre 2013

    Après avoir échoué, grâce à la vigilance du groupe GDR, à imposer à l’Assemblée nationale la procédure dite du « temps programmé » - qui consiste à limiter le temps de parole des différents groupes parlementaires - le Gouvernement impose sur le projet de loi relatif à la réforme des retraites, la procédure accélérée. Comme son nom l’indique, celle-ci prive les parlementaires de la navette, c’est-à-dire de la procédure normale et contraint les parlementaires à un examen en urgence, se concluant par la réunion d’une commission mixte paritaire, dont les travaux ne sont pas publics, et où les groupes parlementaires minoritaires en nombre sont sous-représentés.

    Le recours à cette procédure, comme la tentation d’en imposer d’autres, témoigne de la fébrilité du Gouvernement, face à un projet de loi contesté par une majorité de nos concitoyens. En privant les parlementaires du processus législatif normal et en obtenant un temps de parole réduit pour les groupes (3 heures de discussion générale sur la réforme des retraites contre 5 heures sur le cumul des mandats), il entend certainement éviter que les débats ne mettent en lumière combien cette réforme constitue une régression pour les salarié-e-s et éviter que les propositions alternatives, portées dans la rue par les organisations syndicales et dans l’hémicycle par le groupe CRC ne prennent corps.

    Les sénatrices et sénateurs communiste républicain et citoyen qui ont déjà subi - lors de l’examen au Sénat du projet de loi portant transposition de l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 - le « vote bloqué », ce qui a constitué une « première » de la part d’un gouvernement de gauche contre un groupe n’appartenant pas à son opposition, mettent en garde le Gouvernement contre l’utilisation de nouveaux artifices réglementaires ayant pour effet de museler les sénatrices et les sénateurs.

    Ils n’accepteront pas, sur un projet de loi aussi majeur que celui-ci, qu’une nouvelle fois, la démocratie soit réduite à une partie congrue et appellent à un débat constructif et respectueux.

    Ce débat doit tenir compte des enjeux majeurs que sont le financement, la prise en compte de la pénibilité, le montant et les conditions d’accès à la retraite des femmes et des jeunes. Il doit permettre de trouver des solutions durables et solidaires