Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cet ANI qui nous veut du mal

    La loi de sécurisation de l'emploi (=ANI) a été promulguée le 14 juin.

    Dès le 17 juin :

    • Accords de maintien de l'emploi : au nom de graves difficultés, en signant avec les syndicats ayant réunis 50% des voix aux élection professionnelles, l'employeur peut aménager le temps de travail et les salaires pendant deux ans, contre des engagements de maintenir l'emploi.
      Refus du salarié = licenciement économique.
    • Mobilité forcée : en signant avec les syndicats totalisant 30 % des voix, l'employeur peut imposer des mutations vers d'autres sites.
      Refus du salarié = licenciement économique.
    • Temps partiel flexible : huit fois par an, par un avenant au contrat de travail, l'employeur peut augmenter temporairement le temps de travail d'un salarié à temps partiel, sans ce que soit considéré comme des heures complémentaires, donc mieux rémunérées.
    • Durée de prescription : elle passe de 5 à 3 ans opur les litiges sur les salaires, et à 2 ans pour ceux sur l'exécution du temps de travail et sa rupture.

    Au 1er juillet :

    • Licenciements économiques collectifs : procédure et plan de sauvegarde de l'emploi allégés.
    • CDD : hausse de la cotisation d'assurance chomage pour les employeurs : + 3 points pour les contrats de moins d'un mois, + 1,5 point entre un et trois mois. Uniquement sur les CDD pour surcroît d'activité.

    Et ce n'est pas fini ...

  • Projet de loi sur le logement

    Mercredi dernier, Cécile Duflot a présenté son projet de loi sur le logement au Conseil des Ministres.Il sera examiné par le parlement à la rentrée.

    Un premier pas de l'Etat pour réguler ce marché archi-libéral, et aider la population à trouver un logement décent dans de bonnes conditions?

    Quelques idées du projet de loi:

    • Régulation : Mot tabou pendant des décennies, il réapparait dans ce marché fortement libéral. Le projet de loi introduit l'encadrement des loyers, plus de transparence sur les frais des agents immobiliers et les activités des syndics. Il prévoit également la mise en place de PLU sur les périmètres des intercommunautés, pour construire où c'est utile sans consommer de façon excessive les espaces naturels et agricoles.
    • Locataires/bailleurs : La garantie universelle des loyers doit éviter l'expulsion des uns et protégers les autres contre les impayés.
    • Faciliter la construction : En éliminant certaines contraintes, et en introduisant l'habitat participatif, et d'autres mesures pour construire 500 000 logements par an (dont 150 000 logements sociaux) d'ici la fin du quinquennat.

    Le communiqué de presse est ici.

    Nul doute que le Collectif Citoyen du Pays d'Aix Urgence Logement suivra le projet de très près.

  • Collectif Citoyen du Pays d'Aix Urgence Logement - Marche du 26 juin

    Il y avait foule aux Allées Provençales mercredi 26 juin, à l'appel du Collectif Citoyen du Pays d'Aix Urgence Logement.

    Des mal-logés et des sans-logements qui ont décidé de se faire entendre et de mettre les institutions devant leurs responsabilités en matière de logement social.

    Tout a commencé par une assemblée populaire le 11 mai. Le Collectif Citoyen qui s'est constitué lors de cette assemblée a ensuite  rencontré le Conseil de la CPA. Mercredi, c'est par une marche à travers Aix en Provence, puis une rencontre en sous-préfecture, que le collectif a fait entendre ses revendications:

    • Non aux expulsions sans solution de relogement
    • 1000 logements sociaux de plus par an
    • Mise en place d'une structure inter-bailleurs pour permettre une mutation des logements en fonction des besoins

    Des élus du PCF et d'autres partis, des membres d'associations s'étaient joints aux manifestants, pour les aider à porter leurs revendications. Avec deux priorités:

    le logement social,

    la démocratie citoyenne.

     
    Les photos:
     
    PCFAixFrontdeGaucheVertical.jpg
     
  • Retour sur les assises du 16 juin

    Les médias dominants en ont peu parlé. Pourtant, ces assises, voulues par Pierre Laurent, sont un pas important vers une majorité alternative de gauche.

    Elles ont réuni 2500 participants, du NPA à la gauche du parti socialiste, en passant par EELV et le Front de Gauche, ainsi que des associations et des syndicalistes qui ne s'affichent pas souvent avec ces partis politiques.

    Elles ont ouverts des débats sur les marchés financiers, la question des retraites, l'écologie, la démocratie, le marché transatlantique, ..., mettant en évidence des convergences d'opinion entre les participants, et une opposition commune à la politique d'austérité du gouvernement actuel.

    Même s'ils divergent sur les moyens à mettre en oeuvre, tous les participants sont d'accord sur la nécessité de développer une politique commune alternative à celle du gouvernement. D'autant que les débats qui vont avoir lieu dans les prochaines semaines sur les retraites et le marché transatlantique sont cruciaux pour notre vie à tous.

    En réussissant ces assises, le PCF a posé la première pierre d'une autre majorité. C'est le moment de tous nous mobiliser, et de construire ensemble la société dans laquelle nous voulons vivre.

  • Débat sur les transports - le PDU - Aubagne

    Aubagne a mis en place la gratuité des transports publics.

    Parce que prendre un bus est aussi naturel que de prendre l'air sur la place du village. La place du village est gratuite, pourquoi le bus serait-il payant ?

    D'abord surpris et incrédules, les usagers ont adopté la gratuité.

    • Prendre le bus est devenu convivial (pas de tension pour ceux qui ne peuvent pas payer).
    • Vivre et sortir à Aubagne est devenu facile, en particulier pour les jeunes qui ne sont plus enfermés dans des cités. Sans la contrainte du prix du billet du bus, ils peuvent rejoindre un équipement sportif, ou rendre visite à des amis et de la famille. Bien sûr, c'est vrai pour les autres tranches de la population.
    • L'incivilité et la sécurité n'ont pas augmenté, au contraire.

    Pour que cette expérience soit un succès, il fallait d'abord une volonté politique, celle de placer l'humain avant tout le reste, celle de vouloir vivre en toute convivialité, celle d'abolir l'emprise du libéralisme (en rendant les transports gratuits, on supprime le marché des transports, et donc la main mise du capitalisme sur les transports). Il fallait tout autant un réseau de transports bien structuré et efficace, pour pouvoir absorber l'augmentation des usagers (+175%), et ne laisser personne au bord de la route.

    Cettte expérience doit rester dans notre réflexion sur le PDU de la CPA. Elle peut nous guider dans nos demandes en matière de transports...

    PCFAixFrontdeGaucheVertical.jpg

  • Collectif Citoyen du Pays d'Aix Urgence Logement - Marche du 26 juin

     

    Le Collectif Citoyen du Pays d'Aix Urgence Logement organise une marche

    Mercredi 26 juin Des Allées Provençales à la sous-préfecture où une délégation sera reçue.

    Ses membres ont fait un très gros travail de distribution : 20 000 tracts distribués sur tous les quartiers d'Aix ! La manifestation est déclarée en sous-préfecture, la banderole est faite. Tout est prêt.

    Le Collectif vous attend nombreux!

    Rendez-vous mercredi à 16h30 aux Allées Provencales

    Passez le mot autour de vous!

    PCFAixFrontdeGaucheVertical.jpg


  • Fête Offensive - Fabrégoules 2013

    La Fête Offensive, c'est des stands de sections

    Fabregoules 23 06 2013 (4).jpg

    de la convivialité

    Fabregoules 23 06 2013 (1).jpg

    Fabregoules 23 06 2013 (7).jpg

    de la musique

    Fabregoules 23 06 2013 (10).jpg

    des débats

    IMG_0015.JPG

  • Fête Offensive - Fabrégoules 2013

    Les camarades de la section et ceux de la JC en pleine action hier matin.

    IMG_0007.JPG

    IMG_0008.JPG

    IMG_0009.JPG

    IMG_0010.JPG

    Venez vite découvrir nos stands, si ce n'est déjà fait!

  • Débat sur les transports - le PDU

    Le PDU, c'est le Plan de Deplacement Urbain. La boutique du CERTU propose un résumé et d'autres documents.

    Lors du débat du 17 juin, Pierre Rousseau a présenté celui de la CPA.

     

    La partie diagnostic de la CPA est poussée, sans complaisance. Y sont abordés les problèmes de pollution, en centre-ville et aux abords des autoroutes, ainsi que les encombrements/bouchons récurrents.

    Les objectifs sur 10 ans sont ambitieux :

    • La part de la voiture individuelle doit passer de 65% à 50%
    • Le covoiturage de 4% à 12%
    • La marche de 20% à 32%
    • Les transports en commun de 7% à 12%
    • Le vélo de 2% à 6%

    Il n’est cependant pas expliqué comment la CPA va réaliser ces objectifs, quels moyens elle va mettre en place.

    C'est là que nous avons tous un rôle à jouer, en faisant prenant la parole, pour demander que nos besoins soient pris en compte. Pour choisir le déplacement urbain que nous voulons.

    PCFAixFrontdeGaucheVertical.jpg

  • Et pourquoi pas un haut niveau de retraite?

    13,2 millions de retraités en France

    • 680 000 personnes au minimum vieillesse (777 euros par mois)

    1040 euros, montant mensuel moyen de la retraite (régime général)

    • 957 euros pour les femmes, 1106 euros pour les hommes

    Le rapport Moreau le dit, la seule solution pour sauver notre système de retraite, c'est de travailler plus longtemps et de diminuer le niveau des pensions.

    Et si d'autres solutions étaient possibles ?

    1. Rétablir le droit au départ à 60 ans
      Parce que depuis 1993, la durée de cotisation n'a cessé de s'allonger, sans résorber le déficit des régimes de retraite, et qu'il est de plus en plus difficile de partir à taux plein. Allongement de la durée des cotisations n'est pas une solution.
    2. Modifier le calcul de la retraite
      Les propositions du patronat reviendraient à diminuer le pouvoir d'achat de 5% en 5 ans. Le gouvernement propose des mesures dans le même sens. La CGT propose de prendre en compte les 10 meilleures années pour le calcul de référence, et de corriger les inégalités de salaires. Le but étant d'atteindre un taux de remplacement de 75%.
    3. S'attaquer au chômage
      Un million d'emplois en plus, c'est 5 milliards de rentrées de cotisations en plus pour les retraites...
    4. Taxer tous les revenus
      Taxer l'intéressement, la participations, les stock-options, c'est près de 10 milliards d'euros supplémentaires. 10 milliards pourraient provenir des (non)exonérations de cotisations patronales. Taxer les dividendes comme la cotisation retraite employeur dégagerait aussi 20 milliards d'euros.
    5. Augmenter les cotisations patronales
      En les modulant suivant les politiques de l'emploi des entreprises.

    A lire le dossier complet dans l'Humanité Dimanche du 13 juin.